Focus

Nouvelle AOM : approche

Entretien avec Cyrille Le Bihan et Mathurin Hardel
associés fondateurs de Nouvelle AOM

Nouvelle AOM rénove une tour à la Défense, transforme à Nanterre l’ancien Hôtel du Département des Hauts-de-Seine... L’agence n’est plus exclusivement dédiée à la Tour Montparnasse?

Mathurin Hardel
Quand le collectif Nouvelle AOM (Franklin Azzi, ChartierDalix, Hardel Le Bihan) a été lauréat du concours pour la nouvelle Tour Montparnasse, nous avons su très vite qu’il y aurait d’autres projets : la méthode était bonne, l’entente entre associés aussi, cela nous a donné envie de continuer à faire de l’architecture ensemble. Nouvelle AOM compte aujourd’hui une dizaine de collaborateurs architectes et une directrice d’agence en charge du projet Tour Montparnasse (Kira Le Roy Singer, architecte ingénieure).
Cyrille Le Bihan
Nous avons aussi pris en compte le fait qu’un effectif important serait nécessaire mais qu’il peut y avoir une dimension oppressante à travailler sur un sujet unique pendant des années. Il est plus sain de diversifier les sujets, intellectuellement, moralement. Cela nous rend tous plus créatifs.

Transformation de l'Hôtel du Département des Hauts-de-Seine (92) en bureaux ©ida+

« Imaginer un programme, réactiver un lieu, c’est un enjeu pour lequel le fait d’être plusieurs, de croiser les expériences est forcément un atout. C’est quelque chose de l’ordre de l’accumulation de connaissances et de souvenirs. »

Sur quels critères attribuez-vous un projet à Nouvelle AOM plutôt qu'à HARDEL LE BIHAN ARCHITECTES ?

CLB Nouvelle AOM prépare la rédaction d’un document qui permettra de clarifier les objectifs et les critères qui nous incitent à répondre à un appel d’offres avec Nouvelle AOM plutôt qu’avec nos agences respectives. Nous répondons ensemble pour être plus compétitifs et par conviction. A l’origine, nous avions besoin d’allier nos forces, nos réflexions, CA et effectifs pour tenir têtes aux grands groupes et aux talents en compétition sur Montparnasse. Le critère que l’on retient aujourd’hui est celui de projets pour lesquels l’approche collective est une force déterminante. Autrement dit des situations qui méritent ou nécessitent - à nos yeux du moins - de réduire la part de subjectivité. Quand on est plusieurs autour de la table, que l’on discute et qu’une dose d’émulation vient s’ajouter aux propositions, celles-ci gagnent en objectivité.

MH Nouvelle AOM peut aussi être consultée sur des projets pour lesquels le déjà-là est très structurant. C’est le cas des bâtiments existants (en réhabilitation) : plus on est nombreux, plus on peut aller en profondeur dans l’analyse, le diagnostic et bien peser les enjeux.
Un troisième critère est la réflexion sur la re-programmation du lieu et son degré de complexité. La complexité technique va souvent de pair avec cette complexité programmatique, comme pour la Tour Montparnasse, que Nouvelle AOM fait passer d’un monoprogramme de bureaux avec un échantillon de commerces en rez-de-chaussée, à une tour beaucoup plus ouverte et « adressée » dans la hauteur.
Enfin, Nouvelle AOM ne se positionne que sur des projets à caractère emblématique (ce n’est pas un critère simple à définir!). Selon nous, confier un bâtiment très emblématique à une seule personne peut faire débat. En forçant le trait, disons que le collectif a la capacité de diluer la concentration des pouvoirs. On peut être tenté d’imaginer que le collectif augmente la probabilité que la solution soit partagée par le plus grand nombre, une quête d’adhésion ne s’opposant pas à un haut niveau d’ambition, environnementale, esthétique et technique.

Réhabiliter la Tour Montparnasse était l'occasion d'ouvrir sa programmation. Ici la métamorphose d'étages techniques en espaces communs et jardin suspendu accessible à tous les utilisateurs ©ida+

« Nous nous sommes associés pour réaliser des projets qu’individuellement nous aurions moins de chance de décrocher. Pas pour multiplier les affaires. »

Le caractère emblématique de la Tour Montparnasse est-il à l'origine de l’ADN collaboratif de l’agence Nouvelle AOM?

MH Les sites et les bâtiments emblématiques touchent à l’émotion collective, ils ne concernent pas que les usagers mais une foule de citoyens. Cela explique certainement en partie l’attente croissante de certains clients pour que la conception se fasse elle aussi de manière collaborative. Dans le cas de la Tour Montparnasse, Nouvelle AOM a beaucoup contribué à la diversité des savoir-faire et des compétences, en rassemblant dès le démarrage du projet des designers accrocs au réemploi, un commissaire d’exposition, des historiens, des chercheurs, etc. L’agence tient à garder sa spécificité d’origine : faire la synthèse d’identités multiples et être capable de se remettre en question tout le temps du concours et des études.

La Tour Montparnasse avant transformation ©rsi-studio

Qu’est-ce qui différencie Nouvelle AOM d’autres associations d’architectes ?

CLB Le fait que l’on fasse tout ensemble de A à Z du projet ! À ma connaissance, la plupart des grandes agences regroupant plusieurs associés se répartissent les projets de manière beaucoup plus étanche. Avec Franklin Azzi Architecture et ChartierDalix, nous ne nous sommes pas associés pour multiplier les affaires mais pour faire, ensemble, des projets qu’individuellement nous aurions moins de chance de décrocher.

Nouvelle AOM travaille-t-elle systématiquement avec les mêmes bureaux d’études ?

MH Non. Nous avons vécu le concours de la Tour Montparnasse avec nos partenaires comme une aventure d’une intensité humaine et intellectuelle exceptionnelle, qui a créé une mémoire commune forte. Cela n’entraîne pas de relations contractuelles privilégiées. Nouvelle AOM peut par exemple répondre à des projets d’une échelle qui ne conviendrait pas à ces bureaux d’études. La souplesse de notre écosystème est essentielle.

Comment partagez-vous votre temps entre vos deux agences ? Avec quel impact sur HLB et vos collaborateurs ?

CLB Les associés sont systématiquement présents deux demi-journées par semaine au 44e étage de la Tour Montparnasse, où est installée l’agence. Ce que Mathurin disait plus haut sur l’intensité de notre investissement dans le projet Montparnasse en 2016 et 2017 a eu des répercussions importantes au sein de HARDEL LE BIHAN. Paradoxalement, avec le recul, la nouvelle distribution du temps a profité à l’équipe. Cet investissement nous a obligé à restructurer notre organisation, à affiner notre positionnement. Sans l’esprit positif, la motivation et la persévérance de notre équipe, nous n’aurions jamais pu soutenir l’ambition et l’exigence de ce qui ressemble parfois à une double vie.

Pascale Dalix, Franklin Azzi, Mathurin Hardel, Cyrille Le Bihan et Frédéric Chartier, fondateurs de l'agence Nouvelle AOM ©Alexandre Tabaste. Propos recueillis par Clémence Mathieu